Il y a deux mois je publiais un 1er post sur deux croquis d’éléphants. Le thème était sorti deux fois dans l’exercice de croquis quotidien auquel j’essayais de m’astreindre. Et puis j’ai fini par me rendre compte que le sujet me poursuivait, je voyais des éléphants partout: photos sur les réseaux sociaux, l’éléphante Eulalie du Jardin des Plantes à Grenoble, le titre d’un magazine que j’ai acheté, etc. Aussi quand après avoir terminé ma carpe, j’ai eu l’idée d’une série d’animaux basée sur la ligne noire, la stylisation et des touches de couleur à l’aquarelle, c’est assez naturellement que j’ai choisi de continuer avec l’éléphant. Je n’avais pas anticipé que ça serait aussi compliqué, et que ça me mènerait là où je n’avais pas prévu d’aller en cours de route. Je m’imaginais naïvement pouvoir capturer l’essentiel en quelques croquis, le styliser et me lancer dans la réalisation du dessin final dans la foulée, comme je l’avais fait pour la carpe. Mais pour l’éléphant, il n’y avait d’estampes stylisées dont j’aurais pu m’inspirer. Et surtout la forme d’un éléphant n’a rien d’évidente. De grandes oreilles, une trompe, des défenses, certes. Mais avez-vous déjà observé la tête, sa forme et comment tout ces éléments s’y combinent? C’est pourtant la clé de tout le reste. Bref les 1ers croquis vite faits au feutre noir étaient pour le moins décourageants.

J’ai donc décidé de revenir aux bases et de faire de vrais croquis d’observation, en prenant le temps de vraiment regarder les photos, de travailler les volumes et de comprendre cet incroyable enchevêtrement de bosses que constitue la tête d’un éléphant. S’en sont suivi toute une série de croquis au crayon de papier et au feutre noir, mais aussi avec des techniques que j’utilise moins souvent, et tout cas pour ce type de travail: l’aquarelle et la gouache. Bon alors on est d’accord le résultat est loin d’être top mais il y a des trucs qui me séduisent assez là-dedans, comme la possibilité de renforcer les contrastes plus rapidement et les effets de matière. Ca m’a donné envie d’essayer d’autres choses avec ces mediums.

 

Mais ce que j’ai préféré clairement c’est le crayon de papier aquarellable, j’ai pris en photo les différentes étapes.

Avec tout ça je n’avais pas beaucoup avancé sur le projet lui-même, mais j’étais d’avantage en mesure de produire un dessin stylisé en ayant mieux compris la forme « réaliste ». Mais le resultat final fera l’objet d’un prochain post 🙂

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *