Le difficile exercice du carnet de croquis

Ce que je trouve le plus difficile dans la pratique du dessin, ce n’est pas l’apprentissage d’une technique, ou le temps passé à soigner les mille petits détails dont j’aime parsemer mes croquis. C’est plutôt l’exercice laborieux mais indispensable du croquis quotidien, indissociable pour moi du carnet de croquis. C’est indispensable car comme pour beaucoup de disciplines, c’est la pratique qui permet de s’améliorer, et plus encore, de trouver sa patte, son style. Et puis feuilleter un carnet de croquis, c’est fascinant, j’ai d’ailleurs plusieurs bouquins sur le sujet et je suis l’actualité du Sketchbook Project avec assiduité (si il n’y avais pas déjà mille raisons de visiter New-York, celle-là serait une suffisante). Tout ça pour dire que j’ai peiné et je peine toujours à m’astreindre chaque jour à prendre un crayon et à faire un croquis, ne serait-ce que quelques minutes. Plein de raisons à ça: un quotidien bien chargé, un job à plein temps, des amis à voir, l’envie de me détendre… Mais j’y tiens et dans cette quête, j’ai pu trouver de l’aide dans des cours en ligne sur Skillshare.

Le 1er était le cours de Ria Sharon Sketchbook Magic. L’intérêt du cours est de répondre à pas mal de croyances ou faux prétextes qu’on se donne au moment de s’y mettre, comme « je n’ai pas le temps » ou « je ne sais quoi dessiner »… Les petits trucs proposés pour les dépasser sont assez ludiques (l’usage d’une cocotte en papier pour décider où on va s’installer pour dessiner par exemple), et l’approche plutôt décomplexante, ça m’a permis de tenir pour un défi de 30 jours avec un croquis par jour. Mais bon, ce fut laborieux, sortir le carnet et les crayons est loin d’être devenu un réflexe, ça n’était pas toujours satisfaisant et la question du « quoi dessiner » pas vraiment résolue à mes yeux.

C’est un autre cours qui m’a permis d’aller plus loin dont l’objectif n’est pourtant pas le croquis quotidien. Il s’agit de « Drawing Collections » de Kate Bingaman-Burt. L’objet de ce cours est de dessiner des collections d’objets. Ça m’a d’abord paru étrange mais finalement ça m’a beaucoup parlé. L’idée est qu’on peut raconter une histoire à travers des objets, et se raconter soi-même. On a tous ainsi, même sans en avoir conscience, des collections d’objet: mugs, tee-shirts, livres, etc. Il s’agit d’en choisir une et de la dessiner, sans forcément chercher à produire quelque chose de trop abouti visuellement. L’effet produit par le rassemblement de tous ces objets sur une même page est généralement plutôt séduisant, un peu comme les séries de déclinaisons d’un même motif. Dans la pratique c’est génial car ça résout mon problème du « quoi dessiner » (chaque jour un nouvel item de la collection jusqu’à arrive au bout) mais chaque jour l’objet est quand même différent. J’ai réalisé un 2e défi de 30 jours sur ce principe et de façon beaucoup moins laborieuse que le précédent, j’étais même impatiente chaque jour de m’y mettre, et les résultats ont été très satisfaisants pour moi (à voir dans un prochain post)

Après ça je n’ai dessiné pas chaque jour mais je m’y met plus facilement. J’ai aussi décider de voir les choses un peu différemment. Ce qui importe c’est de pratiquer tous les jours, pas forcément de finir un dessin à chaque fois. C’est plus facile de s’y mettre comme ça, disons que je suis passée de 2 ou 3 (courtes) séances par semaine à 4 ou 5 (en plus du travail sur les projets plus aboutis), ce qui n’est déjà pas si mal. Je pense quand même que je dessinerai d’autres collections à l’avenir, j’ai de quoi faire ;-). Pour finir, voici des exemples de collections produites par des personnes inscrites sur Skillshare.

Enregistrer

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *